BON PLAN: 20% remboursés sur vos prestations beauté et bien-être

Coiffeur, épilation, soins, massages, bronzage, blanchiemnt dentaire – Nice – Antibes – Cannes

A partir du 18/05, le site www.bookingbeauty.com vous rembourse 20% du montant de vos prestations chez le coiffeur, l’esthéticienne, dans les salons de massages, centre uv etc…pourvu que les rendez-vous aient été pris par l’intermédiaire du site internet dans un établissement situé dans les Alpes Maritimes!

Plus de détails et règlement sur le site à partir du 18/05, en plein festival du film de Cannes. Et si vous en profitiez pour vous faire dorloter?

La web’attitude pour la beauté: une (r)évolution en marche…

Pourquoi nous allons bientôt tout réserver par internet, du rendez-vous chez le garagiste au rendez-vous chez le médecin, l’esthéticienne ou le coiffeur?

  1. Constat

Aujourd’hui, quand nous décidons d’aller chez le coiffeur, de se faire masser ou épiler, nous prenons notre téléphone et nous appelons notre salon préféré pour prendre un rdv.

Rien de plus naturel, c’est ok, ça marche bien comme ça depuis toujours, en tout cas depuis l’invention du téléphone.

  1. Parallèle

Il y a 15 ans, pour réserver une nuit d’hôtel ou un billet d’avion, nous nous rendions dans une agence de voyage , obtenions les informations nécessaires et réservions par l’intermédiaire de la personne que nous avions en face de nous.

A cette époque, l’information n’était détenue que pas des structures dont c’était le métier de collecter et diffuser ces informations localement, en commerce de proximité.

Mais déjà il y a 15 ans, le minitel (pour ceux qui ne sont plus si jeunes que ça), bien qu’en fin de vie annoncée, était encore utilisé par près de 25 millions de personnes (source wikipedia pour l’année 2000), le « 3615 code je m’informe » préfigurait avec au moins 20 ans d’avance ce que serait le world wide web, ie un réseau hyper-connecté mondial capable de donner n’importe qu’elle info à n’importe qui en quelques secondes seulement.

Aujourd’hui lorsque nous cherchons à réserver un billet d’avion ou une nuit d’hôtel, rares sont ceux qui ont l’idée de faire le tour des agences de voyages pour feuilleter les catalogues et obtenir les informations, notamment tarifaires, permettant de faire un choix éclairé. Nous passons tous par des sites spécialisés parce que c’est passé dans les mœurs.

Pour quelles raisons ?

  • La multiplicité des offres accessibles
  • La facilité d’accès aux offres, depuis son salon, même le dimanche ou la nuit
  • Les avis des utilisateurs, qui permettent de se forger une opinion sans connaitre le professionnel susceptible de répondre à son besoin
  • La réservation du séjour sans quitter son fauteuil ou son lit.
  1. Extrapolation

Il n’y a aucune raison pour que ce qui s’est passé pour les hôtels ne se reproduise pas dans d’autres secteurs, car ce qu’a apporté l’internet pour les voyages marche aussi pour tous les domaines fondés sur le service. D’ailleurs, le même phénomène est déjà bien avancé pour les restaurants (notamment avec « La fourchette » racheté par le géant américain Trip Advisor en 2014 et qui a dépassé les 700.000 réservations par mois début 2014 (source Lefigaro.fr du 22.05.2014).

L’usage d’internet dans la vie des français est devenue une pratique non seulement courante, mais quotidienne, voir multi-quotidienne depuis l’arrivée des smartphones, qui a rendu l’accès internet totalement mobile. Ces dernières années, nous avons vu apparaître et se développer à grande vitesse :

  • Les courses en ligne avec le phénomène des « drive »
  • Les ventes privées internet quotidiennes,
  • ®Groupon, axé sur les promotions, mais dans tous les domaines.

L’internaute français est désormais submergé d’offres tous les matins, offres toutes plus séduisantes les unes que les autres.

Pour quelle obscure raison la machine s’arrêterait-elle là ?

Nous avons constamment besoin de prendre des rendez-vous, pour aller chez le médecin, faire réviser sa voiture, remplir une demande de passeport ou bien se faire une nouvelle tête chez le coiffeur, se détendre avec un massage relaxant, ou voir un avocat (enfin le moins souvent possible pour les avocats…)

Quels sont les freins ou pseudo-freins qui pourraient  « à priori » exister ?

  • Dans la médecine ou certaines professions réglementées, la publicité est interdite par exemple.
  • La fidélité du consommateur à son commerçant ou prestataire de service local

Effectivement un médecin ne pourra probablement pas être présent sur un comparateur, avec ses statistiques de guérison et ses tarifs, en tout cas pas dans un avenir proche…surtout que depuis la mise en place de la déclaration du médecin traitant, la fidélité n’est plus un choix, mais presque une contrainte. Mais cela n’empêche que la prise de rendez-vous en ligne chez le médecin a un intérêt et existe d’ailleurs déjà, même si la pratique est encore peu répandue. Les avantages, tant pour le médecin que pour le patient sont indéniables : secrétariat « automatique », moins cher qu’un vrai secrétariat « humain » et disponible 7j/7 et 24h/24, ce qui libère du temps pour le médecin où son secrétariat pour des actes ou de la communication à valeur ajoutée. L’avantage pour les patients : la facilité d’obtenir une réponse à son besoin sans avoir à appeler n fois le cabinet.

Quant à la fidélité à son commerçant ou prestataire de service, cela fait longtemps que ce n’est plus vraiment une réalité. Toutes les grandes enseignes redoublent d’effort à grand renfort de cartes de fidélité, de bonus, d’avantages diverses et variés pour fidéliser leur clientèle mais celle-ci, sollicitée de la même manière de tous côtés, se contente d’accumuler toutes ces marques d’attention en profitant des aubaines de toutes. En outre, il est généralement admis que même en étant irréprochable un professionnel perd 20% de ses clients chaque année. Il est donc tenu de la renouveler constamment s’il ne veut pas mourir.

L’internet et ces wagons d’offres « exceptionnelles » quotidiennes a accentué ce phénomène et a créé des consommateurs bien plus opportunistes que fidèles.

L’exemple de ®Groupon en est une illustration flagrante. Alors que l’argumentaire du groupe auprès des professionnels est de faire miroiter des clients en plus par dizaines, voire centaines, avec un coût publicitaire uniquement calculé sur le résultat (c’est-à-dire les personnes qui profitent réellement de l’offre), la réalité est tout autre : le client « type » ®Groupon est selon nous un client opportuniste qui une fois payée une prestation ou un produit avec une remise de 50% minimum, ne reviendra pas dans le même établissement acheter le même produit ou service au prix normal. Alors que le professionnel espère que les nouveaux venus par l’opération vont connaitre ses services et revenir une fois conquis, l’offre de promotions étant quotidienne et extrêmement fournie, le client va en fait constamment profiter d’offres promotionnelles et ne reviendra que rarement dans le même établissement en payant le prix normal. C’est un encouragement clair et net à l’infidélité (en plus d’être un véritable fléau selon nous, qui consiste à faire perdre conscience aux gens la vraie valeur des biens qu’ils achètent, mais c’est un autre débat…).

On peut regretter cet état de fait et la diminution, si ce n’est la dégradation chronique des relations humaines dans le commerce et plus généralement dans la vie de tous les jours, mais c’est un fait. A l’heure du web et des réseaux sociaux, nous sommes tous hyper-connectés avec le monde entier, mais avons de moins en moins de relations humaines réelles, et par voie de conséquence, moins d’occasion de tisser des liens durables forts, liens qui conditionnent notre fidélité à telle ou telle personne ou entreprise.

Exit la fidélité ! D’autres freins à cette généralisation ? Nous n’en voyons pas, et si certains ont des objections, vous serions ravis que vous nous en fassiez part en postant vos commentaires.

Il faut vivre avec son temps, et il est vrai que cette évolution a également du bon, même pour les professionnels en manque de clientèle fidèle. Les avantages qu’ils peuvent en tirer sont nombreux :

  • visibilité tout autre que celle de leur vitrine sur la rue,
  • présentation exhaustive de leur offre avec des mises à jour ad libitum: services, tarifs, promos, spécificités etc…
  • Gain de temps passé au téléphone à répondre à des demandes de renseignements,
  • Gain de temps à enregistrer des rendez-vous ou réservations (tout ce qui est pris en ligne n’est pas à prendre au téléphone, avec interruption de travail intempestive),
  • Rendez-vous/réservations accessibles y compris en dehors des horaires d’ouverture, 7j/7 et 24h/24

Concernant les domaines de la beauté et du bien-être, le phénomène a démarré avec notamment ®clic-rdv (filiale des pages jaunes) utilisé par un certain nombre de professionnels du secteur mais de bien d’autres aussi, pour permettre la prise de rendez-vous en ligne, ®www.balinea.com qui propose des offres locales, avec prise de rendez-vous en ligne, axée principalement sur les offres promotionnelles, et ®www.bookingbeauty.com qui a été lancé récemment et qui référence les prestations beauté et bien être locales, qu’elles soient en promotion ou non, avec réservation en ligne également.

Une révolution ? C’est peut-être un peu fort, mais une évolution inéluctable, pour nous cela ne fait aucun doute.

Sylvain, blog’n beauty